Pipit des arbres

Anthus trivialis (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Motacillidae Genre : Anthus
Chargement...

  • 497
    observations

  • 47
    communes

  • 62
    observateurs

  • Première observation
    2003

  • Dernière observation
    2024
Fontanilles Philippe - 2012-2013 - Andre Christophe - André Christophe - Arnaud Claudine - Bauwin Jeremy - Bauwin Jérémy - Bergès Christophe - Bergès Christophe;lock Jude;loubeyres Nathalie;portier Dominique - Bordes Marine - Boulicot Ismaël - Buffard Eric - Camviel Roland - Caquard J.y.;caquard Joëlle;palmieri Olivier - Castellana Aurélie - Chavagneux Frederic - Cuenin Christophe - Danflous Samuel - Daviot Martin - Demergès David - Demoulin Jerome - Denise Cyril - Doussine Sylvain - Dupuy Hélène;lerme Titom - Déjean Sylvain - Empain Marc - Farand Etienne - Farand Etienne/fontanille Philippe - Fontanilles Philippe - Garnier Alexandre - Gouix Nicolas - Grosselet Manuel - Grosselet Olivier - Habas Christian - Herrera Antoine - Izabe Matthieu - Laffeuillade Nicolas - Lagarde Marie - Laurent-dufau Léo - Legay Philippe - Lock Jude - Lock Jude;spencer Simon - Loubeyres Nathalie - Maillé Sophie - Maingueneau Jeremy - Maingueneau Jérémy - Martin Amélie - Mathieu Stéphanie - Meyer Pierre - Mourembles J.b. - Nuques Patrick - Obios - Paulet Nils - Plisson Christian - Prampart Abel - Riffaud Alan - Rossier Dominique - Roussel Dany - Soubielle Francois - Urrère Romain - V.couanon (lpo) - Vignasse Julien

Informations espèce

Avec son plumage brun assez discret, le Pipit des arbres est un oiseau commun mais peu connu. Il vit dans les milieux ouverts où les arbres sont présents, dans des paysages typiquement agricoles : bocage, landes sèches avec quelques arbres, lisières. Le mâle accompagne sa parade spectaculaire d’un chant répétitif. Posté en haut d’un arbre, il chante en grimpant rapidement, puis se laisse tomber « en parachute », les ailes arquées, les pattes pendantes et la queue relevée. Le chant s’arrête lorsqu’il se pose au sol. Le nid est un simple creux gratté dans la terre, bien dissimulé sous l’herbe, où il élève une à deux couvées par an. Sa petite taille ne l’empêche pas d’aller passer l’hiver en Afrique subsaharienne.
En France, il est protégé depuis 1976, ce qui n’a pas empêché son déclin comme partout ailleurs en Europe.
Milieux ouverts
Non renseigné pour le moment
Alauda trivialis Linnaeus, 1758 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles